you are in my heart
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage





♡ Messages : 44
♡ Humeur : changeante
♡ Crédits : aurélie


MessageSujet: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Mar 4 Oct - 20:34


STATUT DE TA FICHE


en cours finie



EPHYR CASSYOPÉE BLACKFORD
« t'as cru la vie c'est un Kiwi ? »


as candica accola
©️ tumblr




YOUR CHARACTER


scénario inventé


    YOU BEHIND THE SCREEN
    Je m'appelle marie, connu sur la toile sous le nom de little m. ; ou la branleuse de cornichon pour les intimes, j'ai quinze printemps. J'ai choisi candice accola parce que je suis à fond sur tvd en ce moment x). Sinon j'ai connu le forum You are in my heart grâce à une fille fendue de nature (a) & par une loutre avariée x). Je serais présent sept jours par semaine parce que bon le forum rawks. Je suis tellement mignon que j'ai lu le code du règlement yenoralidé mon chaton d'égout . Avant de continuer ma présentation j'ai encore quelque chose à vous dire : DANS LE FONT ON EST TOUS DES ENCUULEUR DE CORNIIICHONS !.









Dernière édition par E. Cassyopée Blackford le Mer 5 Oct - 21:44, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





♡ Messages : 44
♡ Humeur : changeante
♡ Crédits : aurélie


MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Mar 4 Oct - 20:34




TELL ME YOUR STORY BABE




    sacramento, dans l'état de californie en mille neuf cent quatre vingt douze « Je suis enceinte. » la jeune fille était posté devant le jeune homme, bien déterminé à lui dire ce qui clochait chez elle depuis quelques jours, comme le disait si bien le beau brun. « La blague ! » dit - il, dans un rire nerveux. La belle adolescente arqua un sourcil. « Ah parce que tu crois vraiment que je rigole là ? » répondit - elle, sèche. Le jeune homme passa ses mains sur son visage et par la suite dans ses cheveux. Il n'osais même plus regarder la jeune femme qui se tenait en face de lui. « Et... le père ? C'est moi ? T'en est certaine ? » demanda t - il, dans un élan de détresse. « Jayden, t'es un abruti fini ou comment ça se passe ? Sérieux si je te le dit à toi tu crois que c'est pour m'entraîner pour le dire au véritable concerné ? Evidemment que c'est toi ! Et puis j'ai que quatorze ans, j'ai pas encore eu l'occasion de me taper toute la ville. » lança t - elle tout aussi cru. « Axelle attend ! Tu vas faire quoi ? » pour la jeune femme, la question ne se posait pas. Elle avait quatorze ans et était parfaitement capable d'élevé un enfant, son enfant alors elle le fera. Même si son statut de fille - mère ne lui permettra pas de couvrir son bébé de cadeau elle avait la conviction qu'elle pourrait y arriver, surtout que sa mère était une personne assez riche. Mais ce n'était pas le cas de Jayden, il paniqua et s'enfuis à toute jambe. Il n'était pas prêt à prendre ses responsabilités là, ça lui faisait trop peur et pour se protéger de tout ça il parti et refusa de reconnaître son enfant. Ce qu'elle n'avait cependant pas prévue, c'était la réaction de sa mère chez qui elle vivait avec son beau père. « Axelle ! ? Tu te rends compte de la gravité de ton acte ? Tu.. tu n'es même plus vierge alors que tu n'as que quatorze ans, et en plus de ça tu n'as même pas pensé à te protéger ! » s'énerva madame Blackford. La jeune fille lui lança un regard noir. « Oui je m'en rends compte ! Je me rends compte de ce que ça implique et.. je suis désolé maman, mais ce qui est fait est fait ! » Axelle avait un franc parlé assez inouïe pour son jeune âge, même devant sa mère. « Bon.. c'est pas grave ma chérie.. dès demain on ira à la clinique pour.. faire ce qu'il y a à faire..» enchaîna alors sa mère, posant sa main sur l'épaule de sa fille unique. « Quoi ? Faire ce qu'il y a à faire ? Mais ! Tu veux que j'avorte ? Je veux pas ! Je veux garder mon bébé ! Je suis prête à être maman ! » dit - elle dans un mouvement de recule. « Ne dit pas de sottise ! Evidemment que non tu n'es pas prête, t'as même pas fini les cours ! Et tu n'es encore qu'une enfant ! Si tu décides de garder cette... chose, je t'interdis de rester chez moi ! » Axelle n'en croyais pas ses oreilles, elle partit en trombe dans sa chambre, les larmes roulant sur ses joues elle commença à faire sa valise dans une rage folle. Si elle devait choisir entre son statut de gosse de riche et son enfant, le choix était et demeurerait son enfant. Mais tout de même, quatorze ans ! Quatorze ans ! C'est extrêmement jeune, et elle était à présent une adolescente enceinte et SDF. Madame Blackford était certaine que sa fille reviendrait d'ici trois à quatre jour et qu'elle céderait et finirait par avorter. Seulement, c'était très mal connaître sa fille. Elle partit, claquant la porte, avec un sac remplie de fringues et de nourriture. Elle erra toute la soirée dans les rues mais elle se rendit très vite à l'évidence : elle n'avait absolument aucune idée d'où aller. Elle entra donc par effraction dans son bahut, pour s'installer dans la bibliothèque. Le lendemain, elle était levée à l'aube pour ne pas se faire prendre par la bibliothécaire. Heureusement pour elle, personne ne l'avait vue. C'est ce jour là que sa galère commença. Tout d'abord, à tous les cours du matin elle avait des nausées horribles et devait sortir de cours chaque fois que ça arrivait pour se retrouver dans les toilettes, alors je vous explique pas comment les autres avaient réagis. Les rumeurs ont commencé à fuser, puis il y a eu des interrogations, qui pouvaient bien être le père, est ce que ça fait longtemps qu'elle est dépucelé, elle entendait toutes ses rumeurs à longueurs de temps, des gens qui chuchotaient derrière et ça l'insupportait au plus au point alors elle disait à tout le monde que c'était faut, qu'elle était juste un peu malade ses temps - si et que ça passerait. Puis elle a commencé à voler de la nourriture à la cantine pour le soir, et c'est ainsi qu'elle vécu cinq mois de sa vie. Au bout de cinq mois, son ventre avait commencé à s'arrondir, et elle avait pris ses clics et ses clacs pour partir de son bahut définitivement. Son plus gros problème était qu'elle ne mangeait plus à sa faim, et que pour une femme enceinte de cinq mois elle était bien maigrichonne. Alors elle alla aux urgences, elle avait peur que ça soit trop mauvais pour son bébé, alors elle est allé passé une échographie, la première depuis le début de sa grossesse. « Alors mademoiselle, vous êtes à combien de semaines de grossesses ? » demanda le charmant gynécologue. Axelle haussa les épaules. « Je.. j'en ai.. aucune idée.. » avoua t - elle peu fière d'elle. « C'est pas grave, ne vous inquiétez pas, vous avez quel âge ? » demanda t - il ensuite pour détendre un peu la jeune fille qui était totalement stressé. « J'ai quatorze ans.. » dit - elle, un peu honteuse. Elle n'avait encore jamais assumé sa grossesse devant quelqu'un d'autre que sa mère et son ex petit copain, et le dire à quelqu'un d'autre tout en dévoilant son âge, c'était difficile. « Très bien, alors tiens regarde, ça c'est son petit coeur qui bat, et là c'est son pied. » dit - il en montrant l'image avec son doigt. Axelle de voyait pas grand chose, mais elle avait bien compris que le coeur de son bébé battait et elle était très contente qu'il n'ai rien. « Et c'est une petite fille ! » ajouta t - il, tout sourire. Le visage de la jeune adolescente s'illumina dans un sourire radieux. « Par contre, il faudrait manger un peu plus, le bébé va très bien mais vous me paraissez un peu pâle mademoiselle. » dit - il sur le ton du bon conseillé. Axelle secoua la tête en signe affirmatif même si elle savait très bien que ça n'allait pas être simple.
    Quelques mois plus tard. La jeune femme avait l'impression qu'elle allait exploser. Elle avait trouvé un foyer d'adolescent où dormir et manger sans qu'on lui pose trop de questions. Elle passait sa journée dehors. Aujourd'hui, il pleuvait des trombes d'eau et elle c'était réfugier sous un abri - bus. Son ventre la faisait souffrir comme pas possible, elle tenait à peine debout. Alors elle s'est laissé glisser contre la parois verré, les deux mains sur le ventre et les larmes coulant sur ses joues. Elle resta ainsi plusieurs minutes, les yeux fermé et ayant de plus en plus mal à chaque contraction. « Heu.. Ca va pas ? » demanda un jeune homme. Il s'accroupis en face de la jeune adolescente pour savoir ce qu'elle avait. « Je... J'ai mal... je vais.. je crois que... je vais accoucher... » dit - elle, tordu de douleur. « Ah.. Ouais.. Okaie.. Heu... Viens, lève - toi, je vais t'emmener à l'hôpital.. » dit - il, en l'aidant à se lever, mais la jeune fille était à bout de force. « Non... J'y arrive pas... » dit - elle, dans un souffle. « Mais si, aller viens avec moi, t'inquiète pas l'hôpital c'est tout prêt.. Je.. Moi c'est Emerys et toi ? » dit - il, pour essayer de lui occupé l'esprit. « Je m'appelle .. Axelle. » lui répondit - elle. Le trajet entre l'abri - bus et l'hôpital fut très long pour la jeune adolescente mais elle réussie tout de même à franchir les portes de l'hôpital. Et c'est à peine une heure plus tard que les cris d'un bébé en pleine santé retentit dans la salle d'accouchement numéro deux. Axelle était heureuse, réellement et ça pouvait se lire dans ses yeux. Elle passais son doigt sur le contour de la tête de son bébé, l'admirant. C'était la chose la plus précieuse qu'elle possédait. Alors qu'elle qu'elle était en train de regarder sa petite fille, prenant conscience qu'a présent elle devait penser pour deux, quelqu'un frappa à la porte de sa chambre « Entrez ? » dit - elle, surprise que quelqu'un vienne la voir, elle n'avait prévenue personne et ne voyait vraiment pas qui ça pouvait être. Mais quand il ouvrit la porte, elle le reconnu tout de suite Emerys, le garçon qui l'avait emmené jusqu'à l'hôpital. « Emerys ? » dit - elle d'une voix éraillé. Le jeune homme passa une main dans ses cheveux, un peu timide. « Heu.. Ouais je.. ba je voulais pas partir sans t'avoir re - vue.. puis.. c'est pas tous les jours qu'on rencontre quelqu'un comme toi.. » dit - il, un peu gêné. Axelle rit légèrement. « Merci... Tu veux la voir ? Elle s'appelle Cassyopée. » dit - elle en montrant son bébé au beau jeune homme. Il sourit « Elle est magnifique. » il regarda la jeune adolescente. « Au fait tu as quel âge ? » Axelle baissa la tête et perdit de suite son sourire, elle avait horreur qu'on lui demande son âge parce quelle avait peur qu'on la juge. « J'ai quatorze ans. » Emerys la regarda de haut en bas « Sérieux ? Waah, t'en fait carrément plus, je veux dire tu parais beaucoup plus.. mature. » la jeune fille retrouva très vite son sourire « Peut - être parce que j'ai un bébé dans les bras ? Et toi, t'as quel âge ? » demanda t - elle en l'invitant à s'asseoir sur le lit. « Ouais c'est certainement ça.. Dix sept ans, j'ai dix sept ans. Tu veux que je demande à l'accueil qu'on appelle tes parents ? » Axelle secoua la tête.« Non, non ma mère m'a.. viré de chez elle quand je lui ai dit que j'étais enceinte et que je refusais d'avorter, j'habite dans un foyer, je suis SDF. » Emerys arqua un sourcil. « Ecoute Axelle... Peut - être que ça serait mieux que tu vienne habiter chez moi, je sais c'est pas très grand, et c'est pas mon revenu de serveur qui va beaucoup t'aider, mais au moins tu aura la certitude d'avoir un toit tous les soirs ? » Axelle accepta avec plaisir, pour elle c'était une chance inouïe, pour elle et pour Cassyopée. Et, de fil en aiguille, Axelle et Emerys devinrent beaucoup plus que de simples colocataires. Axelle avait enfin trouvé quelqu'un de bien pour elle, et une attache stable, quant à Emerys il était dingue de la jeune fille et était prêt à tout pour elle et sa fille.
    « Emerys, elle arrête pas de pleurer je sais plus quoi faire ! » désespéra la jeune, très jeune maman. Elle la berçait depuis des heures sans résultat. Il devait être trois heures du matin et Emerys avait un examen important le lendemain. Il pris le bébé dans ses bras en la berçant tendrement. Il conseilla à Axelle de prendre du café, vue la tête qu'elle avait. « Heu... Axelle, prend une veste on va à l'hôpital, elle est brûlante de fièvre, c'est toujours pas retombé depuis hier. » dit - il à la jeune adolescente qui s'exécuta, et repris sa fille dans ses bras. « T'as qu'a rester là mon coeur, tu devrais te reposer, je peux aller à l'hôpital toute seule avec Cassy' » proposa la brunette à son copain. « Non, je vous accompagne, je te laisse pas toute seule. » lui répondit - il en souriant pour la réconforter. Axelle ne discuta pas et ils allèrent tous les trois à l'hôpital. Une fois là bas, un jeune homme s'occupa d'eux. « Alors, qu'est ce qu'il se passe ? » demanda t - il, en prenant le bébé dans ses bras pour le poser sur le table d'examen. « Elle n'arrête pas de pleurer depuis deux jour, elle ne mange plus rien et elle est brûlante de fièvre. » le jeune médecin regarda la jeune maman de haut en bas. « Vous êtes sa soeur ? » demanda t - il, étonné. Axelle fronça les sourcil. « Nan, sa mère. » répondit - elle sèchement. « Oh, excusez moi, j'ai.. vous donnez l'impression d'avoir à peine quinze ans.. » dit - il pour se rattraper, mais ça ne fit qu'aggraver la situation. « j'en ai quatorze. » répondit - elle, cru. « et je veux savoir ce qu'a ma fille. » dit - elle, essayant de rester calme. Le médecin ne su plus trop où se mettre, et examina le bébé. « On va la garder en observation cette nuit, c'est une bronchite mais je ne sais pas de quel stade. » annonça t - il en rhabillant la petite fille. Il l'a pris et Axelle s'adossa à un mur en se laissant glisser. Elle se mit à pleurer, se recroquevillant sur elle même. Très vite, Emerys vint la rejoindre, se baissant pour être à sa taille et essaya de lui faire lever la tête. « Mon coeur, qu'est ce qu'il y a ? Qu'est ce qu'il t'arrive ? » Axelle le regarda les yeux rougies par les larmes, la peur et la fatigue. « Je... suis une mauvaise mère... Tout le monde pense que je suis trop jeune, et.. et au fond je crois.. qu'ils ont raison... Cassyopée.. je l'aime plus que tout... mais ça suffit pas, j'aurais jamais... jamais du croire que j'y arriverais... c'est impossible. » expliqua t - elle, sanglotant. Emerys la pris dans ses bras en caressant ses cheveux. « Mon amour dit pas ça, t'es une super maman, t'es forte, et bien meilleure que les autres parce que pour toi tout n'est pas facile mais tu subis tout ça pour ta fille, alors t'es loin d'être une mauvaise mère d'accord ? » il l'embrassa sur le front la serrant dans ses bras. Il savait très bien que derrière ses aires dure et cette carapace de fille très forte Axelle avait besoin d'être soutenue bien qu'elle assume beaucoup de chose pour une adolescente de son âge. « J'ai peur... J'ai peur que Cassyopée souffre parce... parce que sa mère à quatorze ans... » Emerys passa sa main sur les joues de sa copine et continua de lui parler toute la nuit pour la rassurer, au diable son examen il ira fatigué, Axelle et Cassyopée étaient cent fois plus importantes.
    La petite enfance de Cassyopée se déroula sans heurts, c'était difficile pour Axelle, elle retournait au lycée peu à peu, et Emerys avait demandé de l'aide à ses parents qui c'étaient retrouvé touché par l'histoire d'Axelle. Mais quelques fois, la vie dans leur famille n'était pas si simple que ça. « Maaaaman, pourquoi tu veux pas faire jou - jou avec moi ? » demanda la petite blondinette, âgée d'à peine quatre ans. « Ma feeeerme Cassy j'ai mal à la tête ! » la petite avait l'air tout triste du comportement de sa maman, et son papa enfin celui qu'elle considérait comme tel, était encore au travail à cette heure là. Sa maman était affalé sur le canapé, une bouteille de vodka dans les mains. « Je suis conne. Je suis bonne a rien. » la petite écoutait les longs monologue de la jeune femme, dont elle ne comprenait pas un traître mot. La petite s'installa sur le canapé, se mettant en boule en pleurant silencieusement parce que sa maman lui hurlait dessus tout le temps. Elle finit par s'endormir sur le fauteuil, et sa mère sur le canapé, les cadavres de bouteilles jonchant le sol. Vers minuit, Emerys rentra. Les lumières étaient encore ouverte, et il découvrit les deux Blackford dans le salon. Il pris la petite blondinette dans ses bras essayant de ne pas la réveiller, pour aller la coucher dans son lit. Puis elle réveilla la jeune femme, ivre morte. « Axelle !? Mais Axelle qu'est ce que tu fou ? Pourquoi Cassy était pas dans son lit ? Et t'es.. ivre ? Bordel mais qu'est ce qu'il t'a pris ? » elle grogna, Emerys était énervé. « Va prendre une douche, tu peu le clochard en décomposition, on en reparlera ! » gronda t - il. Axelle s'executa, contrarié. Une heure après, elle sorti enfin de la salle de bain, ayant plus ou moins les idées en place. « J'suis désolé Emerys... » alla t - elle se confesser, penaude. Emerys la pris dans ses bras, la serrant fort, et la sentant sangloter. « j'suis trop nulle, j'aurais jamais dû faire ça, j'ai été odieuse avec Cassy, elle va me détester... » se plaignit - elle, pleurant doucement. Elle s'en voulait réellement, elle s'en voulait d'être aussi peu résistante. Emerys caressait doucement ses cheveux, embrassant son front. « Mon coeur elle n'a que quatre ans, elle aura oublié demain, mais faut pas que ça recommence, je sais que t'es pas si forte que tu ne le laisse paraître et quand tu va pas bien tu dérape, mais je sais aussi que t'es capable de beaucoup de chose, et que tu endures beaucoup plus de choses que les autres filles de ton âge, je t'aime mon amour, je suis là c'est bon... » la rassura t - elle. Il avait mal de la voir ainsi, et Axelle était infiniment reconnaissante envers Emerys, sans lui elle n'aurait jamais tenue. Elle décida d'aller voir sa fille, elle s'assit sur son lit, et la réveilla doucement. « Maaman ? » demanda la petite, un peu perdue. « oui c'est moi mon bébé, viens dans mes bras ma chérie » dit - elle, la prenant doucement dans ses bras. Cassyopée si blottit conte sa maman « t'es plus méchante ? » les paroles de la petite émurent la jeune femme, ça lui serra le coeur se rendant compte de son énorme erreur de tout à l'heure. « Oui, je suis désolé mon amour, j'suis désolé maman voulait pas faire ça, mais tu sais je t'aime ? » la petite ferma les yeux. « je t'aime aussi maman... » puis elle s'endormit, dans les bras d'Axelle.
    Malheureusement la suite de la vie de Cassyopée fut très loin d'être aussi simple. C'était en janvier, le deux. Cassyopée allé fêter ses onze ans le trois, et Axelle avait trouvé un travail. « Maman, il arrive quand p'pa, j'ai un truc à vous dire ! » s'impatienta la jeune blondinette, préparant un gâteau. « je sais pas, je l'ai appelé y'a une heure, il devrait déjà être là depuis longtemps. » répondit la jeune femme, aidant sa fille aux fourneaux. Au même moment, le téléphone sonna. « J'Y VAIIIIIIS ! » s'écria Cassyopée, se précipitant vers le combiner. « Allo ? » « Allo, madame blackford ? » « heu... non sa fille, c'est pourquoi ? » « vous - êtes bien de la famille d'Emerys Stanwell ? » « oui c'est mon père. » « désolé de vous l'annoncer ainsi, mais c'est l'hôpital de Sacramento, on a trouvé votre numéro dans les papiers d'Emerys, il est dans un état critique. » les larmes noyèrent les joues de la petite fille, et elle passa le combiné à sa mère. Après avoir raccroché, elles rejoignirent Emerys à l'hôpital. Il était dans le coma suite à un grave accident de voiture. Axelle s'assit sur une chaise, et Cassyopée s'assit en tailleurs au bout du lit. Elles pleurait toutes les deux, devant le corps inanimé d'Eme'. C'est le coeur serré et la voix éraillé par les larmes que Cassyopée pris la parole. « Salut p'pa... tu sais, je voulais te dire que... je voulais vous annoncer que j'avais réussie, tu sais, mon examen de danse, j'ai été la meilleure... je voulais te l'annoncer et que tu sois fière de moi... je t'aime mon papa, faut pas que tu meurs, tu sais t'as pas le droit de nous laisser, moi et maman... » dit - elle, essuyant ses larmes au fur et à mesure qu'elles inondaient ses joues. « mon coeur... ma puce viens me voir.. » lança Axelle à Cassy, pour que la blondinette la rejoigne sur ses genoux. La petite s'executa, et elles passèrent la nuit entière à l'hôpital. La matin se levaient, et elles avaient toutes deux des têtes de zombies, alors qu'Emerys entre - ouvris les yeux. « hey... on vous a jamais dit que vous aviez des têtes de zombie sortis d'un clip de M.J ? » plaisant t - il, alors qu'elles n'avaient pas encore remarqué qu'il s'était réveillé. « Papaaaa ! » s'écria la plus jeune, les yeux encore humide et complètement explosé. Elle le regarda, prenant sa main dans la sienne « Ma petite puce... Joyeux anniversaire. » murmura - t - il. « mon amour tu m'as fait tellement peur... » s'exclama doucement Axelle. « Je t'aime mon amour, je suis désolé, je me souviens plus rien... Je vous aimes mes petites chéries... » leur confia t - elles, avant de se mettre à tousser. Toutes les machines autour de lui se mirent à s'agiter, et des médecins rappliquèrent de partout et nous demandèrent de partir. Les deux filles s'installèrent alors dans le couloirs, Axelle serrant sa fille contre elle. « Il va pas mourir maman ? Dit - moi qu'il va pas mourir... » supplia la jeune Cassyopée entre deux larmes. Axelle n'eut pas la force de répondre à sa fille. Au bout de deux heures, un médecin vint vers elle, sortant de la chambre. « on a fait notre possible mais... je suis désolé mesdemoiselles. » « NAAAAAN » hurla Axelle, mettant les deux mains devant sa bouche. Elle s'effondra en larmes. Cassyopée resta pétrifié. Debout, au milieu du couloir, les yeux dans le vide. C'était son anniversaire aujourd'hui. Aujourd'hui, son père venait de mourir. Les larmes coulaient sur ses joues toutes roses. Le medecin mis une main sur l'épaule de la jeune adolescente, pour lui prouver son soutien, et il parti. Elle resta ainsi plusieurs minutes, puis alla rejoindre sa mère qui c'était assise contre un mur, pleurant à chaude larmes. « ca va aller maman, ça va aller... » chuchotta t - elle d'une voix faible à sa maman, lui faisant un câlin.

    { changement de narration } Quatorze ans. J'avais quatorze ans et j'étais devenue l'adulte de la maison à onze ans. Ma mère pétait les plombs, elle se comportait comme une gamine. Ca faisait quatre ans qu'elle se tapait tout ce qui bougeait et qu'elle se fichait de tout. Elle était insupportable, et on s'engueulait à longueur de temps. J'étais assise seule devant la table, mangeant les pattes que je venaient de me préparer, quand quelqu'un frappa. Qui c'était ? ma mère n'aurait pas frappé, à moins qu'elle ai perdu les clefs ? Je soupirais et levais mes fesses « j'arrive. » criais - je, traînant les pieds. J'oucrais la porte, avant de découvrir Seven dans l'encadrement de la porte. « seven ? » m'étonnais - je. Seven était mon meilleur ami, comme un frère. Mais là il avait pas l'air particulièrement heureux. Je fronçais les sourcils « Ta mère se tape mon père. » ah. oui en effet. mais il est pas sensé être marié son père ? je le fis entrer, puis on je rangeais les affaires que j'avais sortis pour manger puis nous sommes allés dans ma chambre. Assise en tailleurs sur mon lit, j'écoutais avec attention mon meilleur ami. « j'te jure, c'était gore, je suis arrivé dans mon appart', puis là j'entends du bruit dans la salle, alors je suis allé voir et j'ai vue mon père à moitié à poil sur ta mère... » je poussais un cri de dégoût « évite les détailles s'te plaît mec :P » plaisantais - je avant de reprendre plus sérieusement « mes ton père il est pas marié ? » il hocha la tête « non, mes parents ont divorcés y'a six mois, mais je pouvais pas rester chez moi sachant que... enfin bref, ça m'a énervé de voir mon père comme ça. » je souris « tu m'étonnes... Moi venant de ma mère je m'attends à tout, hier encore je l'ai engueulé parce qu'elle est même pas fichue de faire la vaisselle, il faut que je la fasse en rentrant des cours, elle m'exaspère. » il me pris dans ses bras, caressant mes cheveux. « mais tu vas bien si non toi ? » me demanda t - il « heu... ouais mon père me manque mais pourquoi cette question ? » demandais - je, en fronçant les sourcils « tes bras. » ah oui. j'avais un peu oublié. « C'est.. c'est pas ce que tu pense t'inquiète pas... enfin si c'est ce que tu penses, mais je suis pas dépressive c'est.. je sais pas trop ce que j'ai foutu, j'en avais marre et... » il me coupa la parole « t'as essayé de t'ouvrir les veines ? » dit - il d'un ton non-aprobateur « plus ou moins oui, mais pour ma défense c'était la semaine dernière, donc mon anniversaire, donc l'anniversaire de la mort de mon père, et ma mère m'a dit que j'aurais mieux fait de crever à la place de mon père, enfin, je t'assure je vais bien. » lui dis - je, me voulant persuasive. J'allais vraiment bien, c'était juste cette soirée qui m'avait mis mal, ma mère avait eu des paroles qui dépassaient sa pensées et toutes les deux on était sur les nerfs ce jour là. Il me serra dans ses bras et on passa le reste de la nuit à parler. Il avait trois ans de plus que moi, et il était mon meilleur ami, il me comprenait, il était gentil, et il ne cherchait pas à coucher avec moi.
    Je rentrais d'une soirée bien plus que mouvementé. Alcool, drogue, sexe et rock-n-roll à foison. Je montais les huit étages sans ascenseur de l'immeuble avant d'enfin arriver chez moi. Je poussais la porte d'entrée, les lumières étaient encore allumé. J'entrais jusqu'au salon, et découvrit ma mère, titubante, avec des bouteilles d'alcool ornant le sol. Je soupirais et réveillait ma mère. « maman, maman tu fais un cauchemars... » chuchotais - je en la secouant. « hmm. ma chériiie t'es revenue... » dit - elle dans un souffle. « ouais, aller viens, j'vais t'amener dans ton lit. » lui dis - je, en l'aidant à se tenir debout. « Non... j'suis nulle... je vaux rien... j'suis pathétique. » on arriva enfin à son lit. Je l'aidais à s'y installer, et me posais à côté d'elle. « maman je t'aime... » je lui disais rarement, mais c'était vrai, je l'aimais de tout mon coeur. Elle caressa mes cheveux blonds, et me sourit timidement. « je t'aime aussi ma petite chérie, je suis désolé d'être incapable de t'aider an maths, ou en français pour tes devoirs, je suis désolé d'être si pitoyable, je suis désolé que tu ai dû grandir si vite... » je baissais les yeux, sentant les larmes monter. « je t'ai volé la tienne maman. » dis - je tremblante. « ma puce, si j'ai pas avorté quand j'avais quatorze ans, c'est que j'en avais pas envie, et je te jure que si c'était à refaire, je le referais, sans aucunes hésitations. Tu n'as rien gâché du tout mon coeur. Bien au contraire, toi et Emerys avait été les deux plus belle chose de ma vie. Alors ne redit plus jamais que tu m'as volé mon adolescence, parce que c'est faut. La seule qui m'a volé quoi que se soit, c'est ma mère, et jamais je ne reproduirais les mêmes erreurs qu'elle. Alors je te jure que si un jour tu as besoin de moi, je serais là. » je lui sourit « merci maman. t'en est où avec le père de Seven ? » demandais - je alors. « il voudrait qu'on se mari. C'est vrai ça fait deux ans que je suis avec lui, mais j'ai peur.. » je lui fit un sourire approbateur, si ma mère devenais la femme du père de Seven, on serait demi frère et soeur ça me plaisait. Mais je ne voulais pas qu'elle brusque trop les choses, je savais qu'elle souffrait encore de la mort de papa même si maintenant ça fait cinq ans. « brusque pas si t'as pas envie, mais pour ma part je trouve que c'est une bonne chose que ça marche entre vous. » on continua a parler, et je dormis à ces côtés cette nuit là, ma mère n'était pas parfaite, mais elle m'aimait.
    Le soleil brillait. On était en pleine été, et j'étais assise en tailleurs sur la pelouse verte du parc municipale. J'attendais un ami, on devait passer la journée ensemble. D'ailleurs, il ne tarda pas. Je sentis de mains se poser sur mes yeux. « si tu te gourre, t'es ma servitrice pendant au moins deux milles ans (a) » j'explosais de rire « PHOENIX ! Et puis fuck, le mot servitrice ça existe paaas ! » dis - je sur un ton enfantin, me retournant sur lui. Je me glaçais, restant pétrifié, les yeux plongé dans les siens. Il rapprocha dangereusement son visage du mien et il déposa tendrement ses lèvres sur les miennes. Wah. Je prolongeais l'instant, et il passa une main sur mes anches avant que je ne me recule légèrement de son visage pour reprendre mon souffle. Je mordillais ma lèvre inférieur, l'admirant. Ca voulait tout dire. « tu veux sortir avec moi ? » me demanda t - il alors timidement. Un sourire se dessina sur mes lèvres, et je l'embrassais amoureusement. « ça te conviens comme réponse ? » il sourit et glissa ses doigts contres les miens. et on passa notre journée ensemble. l'une des plus belle. je savais qu'il y aurait un problème ; Seven ne voyait déjà pas d'un bon oeil que je m'approche de trop prêt de lui, s'il savait que je sortais avec lui, il me tuerais. enfin, j'aurais tout le temps d'en reparler calmement avec lui.
    J'étais sous une pluie battante, je revenais de chez Seven, ma mère y était resté. Elle avait choisi ainsi, c'était mieux, pas de mariage pour l'instant, mais ils passent tout leur temps ensemble. Bientôt; j'allais souffler mes dix huit bougies, mais nous ne sommes qu'au mois d'octobre. Enfin, trois ans. Ca faisait deux ans que je vivais une histoire d'amour sans égal avec Phoenix, j'étais la plus heureuse des filles de mon âge. Je passais dans une ruelle - raccourci pour rentrer chez moi plus vite. Mais je sentis quelqu'un m'attraper le bras. « hep hep mademoiselle, tu comptes aller où comme ça ? » m'interpella une voix. un homme cagoulé sortis de l'ombre, serrant mon bras plus fort. « qu'est ce que vous me voulez, lâchez moi vous me faites mal ! » « hé poupée, soit un peu plus gentille avec moi, j'vais finir par me fâchez, et tu vas avoir d'autant plus mal... » « LACHEZ - MOI ! » hurlais-je, mais il mis sa main devant ma bouche, et il me plaqua contre le mur. Des larmes de peurs commencèrent à couler sur mes joues quand il commença à enlever - ou plutôt arracher - mes vêtement. J'essayais vainement de me débattre mais c'était cause perdu, quant à mes cris ils ne servaient à rien. Sa bouche se baladait sur ton mon coeur, allant de ma poitrine dénudé jusqu'à mon visage, et ses main baladeuse me griffaient. Il commença à descendre son pantalon, et j'hurlais d'effroie, lui semblait satisfait de la situation. Il était violant, et me faisait mal, et plus je me débattait, plus il était violant. Je pleurais, lui hurlais de plaisir, j'avais peur, j'avais envie que ça s'arrête. les minutes passaient, j'en pouvais plus, j'avais arrêté de me débattre, j'étais éreinté, meurtrie. Il parti. je ne sais pas combien de temps ça avait duré, je ne sais pas combien de temps je restais assise en pleurant, je ne sais pas combien de temps je mis pour me rhabiller, avec mes habits à demi arraché. Mais je puisais dans une ultime ressource pour marcher, vers l'appartement de Seven. Je n'arrêtais pas de pleurer. je me demandais quand est ce que j'allais arrêter de pleurer. J'étais dans l'encadrure de la porte, et lorsqu'il ouvrit la porte, je m'effondrais dans ses bras.
    La suite se passa très vite. dans les semaines qui précédèrent, je dis à Phoenix que j'avais besoin de temps pour régler quelques chose, qu'il fallait que je parte. Avec l'aide de Seven, je me suis installé à Carmel. Dans les semaines qui suivirent, je me suis aperçut que j'étais enceinte, seulement je ne pouvais pas dire avec certitude s'il s'agissait d'une grossesse dû au viole, ou alors si l'enfant venait de Phoenix. J'avais demandé de l'aide à ma mère, j'avais gardé ce bébé, et pendant plusieurs mois je m'étais interdis de voir Phoenix, j'avais déjà eu terriblement du mal à lui avouer pour le viol, je n'avais pas la force de lui dire, pour le bébé. Ce que je n'avais pas non plus, c'est l'argent pour m'en occuper, alors après mon accouchement, c'est ma mère qui a pris en charge Eliott, je le vois à présent toutes les semaines. Phoenix n'est toujours pas au courant, mais il est venu vivre à Carmel, pour qu'on se voit le plus souvent possible. Seven aussi à emménagé à Carmel. Depuis, je sais qu'Eliott est le fils de Phoenix, seulement je n'ose pas le lui avouer alors que notre couple va au mieux en ce moment. Mais je sais aussi que plus les jours passe, plus la vérité lui sera difficile. Et pour moi aussi, c'est difficile, de ne pas avoir mon fils prêt de moi. Mais j'essaie de retrouver le sourire, peu à peu. En résumé, je me retrouva serveuse ici, habitant avec mon copain ans un petit appartement. Chaque semaine je vais voir mon fils pretextant aller voir ma mère. Phoenix ignore même l'exitense d'Eliott, d'ailleurs dans mon entourage, seul Seven, mon demi frère est au courant.








Dernière édition par E. Cassyopée Blackford le Sam 8 Oct - 11:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

Every rose has its thorn


♡ Messages : 41
♡ Humeur : neutre
♡ Your face :
♡ Crédits : @Summers


MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Mar 4 Oct - 21:26

Ah!! T'as craqué finalement xDDD

Bienvenue mam'zelle (Alias Aprilou d'amour pour Nicho ^^)

xoxo, D-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





♡ Messages : 44
♡ Humeur : changeante
♡ Crédits : aurélie


MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Mer 5 Oct - 12:19

Oui j'ai craqué finalement
Merci mon nicho chéri d'amour que j'aime de tout mon coeur ma diaspro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

WILLIAMS ▬ she's got to love nobody


♡ Messages : 163
♡ Humeur : pretty good, thnx.
♡ Your face :
♡ Crédits : © bazzart ♥


who are you ?
❥ groupe : « Love the way you lie »
❥ un rp : oui
❥ vos relations:

MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Mer 5 Oct - 14:46


    Bienvenue ma branleuse de cornichooooooooooons !

    Si tu as des questions n'hésite paaaaaaaas !




• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



“ Enora Bellina Williams ” -« Je ne guérirai pas de cet amour. Tu m'as pris ma lumière, ma sève, ma confiance. Mes jours sont vides, ma vie est morte. Je fais juste semblant. De sourire, d'écouter, de répondre aux questions. Tout les jours, j'attends un signe, un geste. Que tu me délivres de ce trou noir dans lequel tu m'as laissée et que tu me dises pourquoi. Pourquoi m'as tu abandonnée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://youareinmyheart.forumgratuit.org





♡ Messages : 44
♡ Humeur : changeante
♡ Crédits : aurélie


MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Mer 5 Oct - 15:58

MERCIII MA FÊLÉ DU CIBOULOOOOOOOOOOOOO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





♡ Messages : 43
♡ Crédits : underco.


MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Mer 5 Oct - 19:37

DOUUUUUUUUUUBLE
Bienvenuuuuue :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





♡ Messages : 44
♡ Humeur : changeante
♡ Crédits : aurélie


MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Mer 5 Oct - 21:39

MERCIII MAAA DOUUUUUUUUUUBLE QUE J'AIME ET QUE J'ADOREUUUH !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

JAMES ▌i'm forever yours, faithfully


♡ Messages : 41
♡ Humeur : Au paradis
♡ Your face :
♡ Crédits : © bazzart | HERSUNSHINE


MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Mer 5 Oct - 21:50





VALIDÉE



    TU ES VALIDÉE MA BRANLEUSE DE CORNICHON :D

    N'oublie pas de faire recenser ton avatar ici
    Tu peux aussi demander un logement ici
    Une demande de rang ici
    Tu peux aussi créer ta fiche de lien ici









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





♡ Messages : 44
♡ Humeur : changeante
♡ Crédits : aurélie


MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Mer 5 Oct - 21:51

Waouh. Ca c'est de la validation *O*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





♡ Messages : 28
♡ Humeur : CHANGEANTE.
♡ Your face :
♡ Crédits : ALLES, TUMBLR, FANPOP.


who are you ?
❥ groupe : « Babe I wanna marry you »
❥ un rp : oui
❥ vos relations:

MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Jeu 6 Oct - 1:30

Bienvenue ! Très bon choix de vava. (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





♡ Messages : 44
♡ Humeur : changeante
♡ Crédits : aurélie


MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Jeu 6 Oct - 4:53

Merci et je ne peux que te retourner le compliment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





♡ Messages : 31
♡ Crédits : Coming


MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Jeu 6 Oct - 16:24

Whaouh quelle histoire ! :D
Bienvenue poulette, très bon choix d'avatar ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





♡ Messages : 44
♡ Humeur : changeante
♡ Crédits : aurélie


MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   Jeu 6 Oct - 17:02

Merci c'est gentil
en plus NINA ♥️ il nous faudra un lien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.   

Revenir en haut Aller en bas
 

CASSYOPÉE ϟ je suis pas un, je suis plusieurs, je suis un vrai bordel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» ✻ C’est pas parce-que je suis une bonne à rien que je suis rien. (kira)
» Draft M11: Je suis mauvais mais j'me soigne...
» Je suis nouveau ou non, que dois-je faire pour mes droits?
» Protestation car je suis bète et je comprend rien
» J'suis un noob [Accepté]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
you are in my heart :: this is the first day of my life :: we want to know you :: présentation validées-